Les puissances invisibles des sociétés dites primitives sont ambivalentes : "Dans la défense contre le mal, dans le traitement des maladies, on estime bonne la puissance du magicien. Mais le mal qui se fait à grande échelle en est inséparable" (Elias Canetti, Masse et puissance, Paris, Gallimard, 1966, p. 310.)